Archives de catégorie : Aménagements cyclables

Une piste cyclable pour contourner Sète, à quel prix ?

La Ville de Sète a entrepris la réalisation d’une “voie verte Nord” entre le secteur de la Plagette et le Pont Levis. En réalité, il s’agit plutôt d’une piste cyclable (voir la définition d’une voie verte) destinée à relier le centre-ville aux plages. Cette piste longera la voie ferrée sur sa partie sud. 

Les travaux en cours se sont notamment traduits par l’abattage de 120 cyprès situés dans l’enceinte du cimetière Le Py suscitant une émotion légitime  à l’heure où la lutte contre le réchauffement climatique impose  une politique de végétalisation et de création d’ilots de fraicheur dans les zones urbaines.

L’accès à cette future piste cyclable par la rue des Canaris a donné lieu à un tracé pour le moins baroque, véritable gymkhana entre trottoirs et passages piétons, amenant  directement les cyclistes sur des véhicules en stationnement. Il est vrai que les riverains pétitionnaires ont été entendus par la Ville qui a renoncé au tracé initial qui se serait traduit par la suppression de  quelques places de stationnement sur chaussée.

Le projet se révèle également fort coûteux puisqu’il passe  par l’acquisition d’un pavillon au 42 rue des Capucines (coût 360 000 euros) destiné à être démoli pour  permettre de relier la rue Toussaint Mazel  et l’achat de deux  parcelles (coût 30 920 euros) voté lors du conseil municipal du 27 juin 2022 (points 42 et 43 en toute fin de document).

Le projet  remonte à 2019. A cette époque, la Roue libre de Thau était encore invitée à des réunions de travail avec la ville et une présentation avait été faite des projets cyclables (voir la présentation d’avril 2019).

A l’époque, nous avions exprimé le souhait que la rue des Loriots soit aménagée pour faciliter la circulation des vélos. Cette voie limitée à 30 km/h est fréquemment empruntée par les cyclistes, malheureusement, elle sert également d’itinéraire de délestage lorsque les boulevards Verdun – Blanc sont saturés.  Aussi, les voitures sont loin de respecter le 30 km/h et les automobilistes ont tendance au contraire à accélérer entre les quelques dos d’âne et panneaux “stop” censés les ralentir.

Certes l’aménagement de la rue des Loriots signifierait de la placer en sens unique pour rendre la circulation uniquement résidentielle et non de transit, certes cela demanderait de supprimer toutes les places de stationnement sur chaussée… Autant d’atteintes graves et irrémédiables à la “liberté” des automobilistes que ne saurait accepter la municipalité.

Pourtant, l’espace ainsi libéré permettrait à un coût dérisoire la création d’une piste bidirectionnelle qui aurait également le mérite d’être immédiatement accessible par les habitants de l’ile de Thau.  Le développement du vélo dans les quartiers en politique de la ville est une priorité pour aider à leur désenclavement. Sans compter les bienfaits pour la santé et la vie en ville du recours au vélo comme moyen de déplacement au quotidien.

Le projet de piste cyclable répond à la volonté de la Mairie de pouvoir faire le tour de Sète à vélo. Loin de bouder notre plaisir devant le développement de voies cyclables, la Roue libre de Thau milite pour une ville entièrement cyclable c’est à dire un partage de la voirie par l’ensemble des usagers.

Les différents modes (marche, vélo, voiture) doivent cohabiter et se partager l’espace public ce qui signifie une limitation volontariste et drastique de la place accordée à la voiture et aux deux roues motorisés pour permettre aux modes doux de s’installer sur l’ensemble de la ville et non sur quelques espaces réservés.

Les résultats du baromètre des villes cyclables 2021

Allez sur la carte interactive pour connaître tous les résultats du Baromètre des villes cyclables. Vous pouvez choisir votre ville avec la petite loupe située à droite de l’écran.

N’hésitez pas à cliquer sur les 6 critères qualifiant le ressenti des cyclistes : ressenti global, sécurité, confort, effort de la ville, stationnement et évolution. Vous aurez ainsi les réponses aux différentes questions du baromètre. 

Sète, Frontignan, Villeveyrac, Mèze et Marseillan figurent dans les  résultats du baromètre 2022 des villes cyclables. Ces cinq villes du bassin de Thau améliorent leur positionnement dans le classement par rapport au précédent baromètre de 2019.

Cette année encore, Marseillan se classe troisième de sa catégorie des “petites villes” après St Jean de Monts et le Val de Reuil. Le climat vélo à Marseillan est jugé “très favorable” par les cyclistes.  Voir les commentaires des répondants sur Marseillan.

Les résultats sont moins brillants pour Sète, dont le climat est jugé “plutôt défavorable” une légère amélioration puisque Sète était classé “défavorable” en 2019. Voir les commentaires des répondants sur Sète.

Le climat vélo à Frontignan est jugé  “moyennement favorable” témoignant ainsi  d’une légère amélioration depuis 2019 où Frontignan se classait en “plutôt défavorable”. Voir les commentaires des répondants sur Frontignan.

Mèze bénéficie d’un climat jugé “plutôt favorable” d’autant plus méritoire que cette ville n’a pas été classée en 2019. Voir les commentaires des répondants sur Mèze.

Villeveyrac également nouvelle venue dans le classement du baromètre a un climat vélo jugé “défavorable” illustrant ainsi les progrès nécessaires pour améliorer la cyclabilité. Voir les commentaires des répondants sur Villeveyrac.

 

 

 

Piste, Bande, Voie… de quoi parle-t-on ?

Le marquage d’une bande cyclable sur l’avenue Victor Hugo à Sète et l’écho qu’en a fait la presse donnent l’occasion d’apporter quelques précisions sémantiques sur les voies cyclables.

Une piste cyclable est une chaussée exclusivement réservée aux cycles, en principe les piétons ne peuvent pas y circuler. Elles sont soit unidirectionnelles (un seul sens de circulation) soit bidirectionnelles (à deux sens de circulation). Exemple sétois : piste cyclable de de la Promenade du Maréchal Leclerc.

La longueur de l’ensemble des pistes cyclables à Sète est d’environ 30 km, loin des 190 km annoncés par le Maire au cours de l’émission de France-Inter.

Une bande cyclable est une voie unidirectionnelle sur une chaussée à plusieurs voies. Elle est matérialisée par un simple marquage au sol sans séparation physique. Exemple sétois tout récent : l’Avenue Victor Hugo.

Une voie verte désigne une route exclusivement réservée à la circulation d’usagers non motorisés, à savoir les piétons et les cyclistes. Ce sont des aménagements en site propre (séparés de la circulation motorisée) souvent réalisés sur une ancienne voie de chemin de fer désaffectée, un chemin de halage, un chemin rural, un chemin forestier, etc. Exemples sétois : voie verte du Lido reliant Sète à Marseillan ou voie verte intercommunale reliant Sète à Balaruc (ancienne voie ferrée)

Une aire piétonne : les cyclistes y sont admis, ils doivent y circuler au pas et sans gêner les piétons. Exemple sétois : les rues piétonnes Gambetta, Alsace-Lorraine…

Une rue dite « en double-sens cyclable » est à double sens de circulation — ou bidirectionnelle —, mais un de ces sens est réservé aux seuls cyclistes. Les rues dont la vitesse maximale autorisée est de 30 km/h ou moins ont toutes vocation à être en double-sens cyclable, sauf décision contraire motivée de l’autorité investie du pouvoir de police. Exemple sétois : une partie des rues de la zone 30 (en réalité seulement la moitié des rues ou quais limités à 30)

Une chaussée à voie centrale banalisée (CVB) est un aménagement particulier d’une chaussée lorsqu’il est impossible, pour des questions de largeur disponible, d’y tracer des bandes cyclables. On crée alors une voie centrale de circulation générale, banalisée car elle accueille la circulation dans les deux sens. Aucun exemple à Sète ni sur l’agglopôle.

Un couloir mixte bus / vélo est une voie réservée aux bus ouverte aux vélos. Aucun exemple à Sète ni sur l’agglopôle.

Pour aller plus loin sur les aménagements cyclables avec le CEREMA.

Baromètre des villes cyclables 2021 : préparez-vous à répondre

Le Baromètre des villes cyclables revient ! Préparez-vous dès début septembre à répondre au questionnaire qui sera en ligne jusqu’à fin décembre 2021.

La Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB), dont la Roue libre de Thau  est membre, organise tous les deux ans un Baromètre des villes cyclables.

Inscrite dans le cadre de la campagne Parlons Vélo, cette enquête permet à nos concitoyens d’évaluer la cyclabilité de leurs communes et de proposer des pistes prioritaires d’actions aux décideurs publics.

Lancé en 2017, le baromètre en est à sa troisième édition. La précédente, celle de 2019,  qui a eu lieu de septembre à décembre 2019, a permis de récolter plus de 185 000 réponses et de qualifier 763 communes ayant collecté plus de 50 réponses. Il s’agit ainsi de la plus grande enquête cyclable au monde.

Les résultats de 2019 des trois communes de l’agglomération de Sète agglopôle ayant obtenu plus de 50 réponses  sont accessibles ICI.

 Sète a obtenu 209 réponses, Frontignan 80  et  Marseillan a créé la surprise par son fort taux de réponse : 155  réponses.

Marseillan a figuré au palmarès national de 2019 en se positionnant  3ème dans sa catégorie de ville (moins de 20 000 habitants).

Les résultats pour les villes de Sète et de Frontignan étaient moins glorieux : leur  climat vélo était jugé “défavorable” à Sète et “plutôt défavorable” à Frontignan.

Nul doute que la nouvelle édition du baromètre 2021 apportera des résultats différents. Répondez et faites répondre au prochain Baromètre des villes cyclables.

Piste cyclable provisoire sur l’échangeur Georges Clémenceau à Sète

Bonne nouvelle ! Une piste cyclable bi-directionnelle vient d’être installée sur l’échangeur Georges Clémenceau à Sète. Cet aménagement expérimental et provisoire permet la continuité depuis la gare de Sète  avec la voie verte menant à Balaruc-les-Bains.

Une initiative de Sète Agglopôle Méditerranée qui devrait devenir permanente si l’expérimentation est concluante. Cet aménagement permet d’éviter le passage (à pied) par la Pointe Courte sous le pont de chemin de fer.

Espérons que cette liaison cyclable  devienne pérenne et ne soit pas qu’un feu de paille estival…

Après, il ne restera plus qu’à finaliser la voie verte de Balaruc-les-Bains à Balaruc-le-Vieux en réalisant le passage sous le canyon pour que la liaison de Sète à Mèze mérite son nom de voie verte.

Inauguration du Bd des Républicains espagnols

Mardi 6 juillet à 18 h, la Roue libre de Thau sera présente pour l’inauguration de la piste cyclable du Boulevard des Républicains espagnols.

Nous saluons la création de cet aménagement cyclable sur cette nouvelle liaison directe entre l’écoquartier des Pielles et le centre-ville (de la médiathèque Montaigne au boulevard Gambetta).

Nous nous retrouverons à 18 h sur place pour une déambulation cycliste et festive et animer le stand de la Roue libre de Thau.

Départ à 17 h 20 de Sète : rendez-vous sur le Quai des Moulins (parking de Bricorama).

Sète innove, un double-sens cyclable matérialisé, Rue Denfert-Rochereau

C’est tout beau, c’est tout neuf, cela vient de sortir. Suite aux importants travaux de rénovation des conduites d’eau d’eaux usées rue Denfert-Rochereau, la ville a matérialisé le double-sens cyclable avec un séparateur.

Cet aménagement permet aux cyclistes roulant en contre-sens des véhicules motorisés d’être en totale sécurité. La ville a eu le courage de supprimer le stationnement sur la partie concernée de la voie. Une première qu’il convient de saluer ! Merci au service voirie de la Sète qui a su convaincre de l’utilité d’un tel aménagement .

La proximité du parking de la place de Stalingrad en cours d’achèvement et le fait que rue constituait une aubaine pour les automobilistes souhaitant se garer sans payer près de la gare ne sont sans doute pas pour rien dans la création de cet aménagement… mais, ne boudons pas notre plaisir ! Cela prouve qu’avec un peu de courage politique et une once de jugeotte sur les dégâts du tout voiture en ville,  il est possible d’aménager Sète pour qu’elle soit accueillante aux vélos, aux piétons et aux transports en commun, bref aux modes doux.

La ville de Sète, mauvaise perdante…

Non, nous ne voulons pas évoquer l’échec de la candidature de Sète qui ne sera pas la capitale française de la culture en 2022 (c’est  Villeurbanne qui a gagné)…. ni celui du plus beau marché régional (remporté par les halles de  Béziers), mais du silence éloquent du dernier numéro de Sète.fr (mai 2021) qui consacre sa “une” aux mobilités douces sans jamais évoquer le double-sens cyclable en centre-ville.

Pourtant, tous les cyclistes le savent : pouvoir emprunter en double-sens une voie à sens unique permet d’éviter de détours, parfois longs, surtout quand il s’agit de passer d’un bord à l’autre d’un canal, et simplifie grandement les déplacements à vélo. Il s’agit bien comme l’indique l’article d’un “changement concret pour le quotidien des Sétois“, surtout quand ils sont à vélo !

A aucun moment, l’article du journal municipal évoque le double-sens cyclables pourtant récemment mis en place par la ville : pose de panneaux et, dans quelques rues, peinture au sol de pictogrammes représentant des vélos (rue Jean Vilar, rue Gambard…).

 La ville rate une belle occasion de faire de la pédagogie auprès des automobilistes qui, dans leur majorité, ignorent cette évolution du code de la route en code de la rue.

Il est vrai que ces aménagements n’ont été réalisés que sous la contrainte du jugement du Tribunal administratif de Montpellier qui a enjoint la ville de respecter la loi sur les zones 30 dans lesquelles  le double-sens cyclable est la règle.

Depuis que l’équipe municipale actuelle a été réélue, celle-ci a choisi de rompre le dialogue avec la Roue libre de Thau. Finis les échanges avec l’adjoint chargé des mobilités et le  service de la voirie pourtant réguliers en 2019. 

La doctrine de la  ville consiste dans un étrange paradoxe : des parkings souterrains pour développer les mobilités actives (marche et vélo)…

Des solutions dignes des années 80 du siècle dernier… quand on imaginait que la création de parking était la solution à la thrombose automobile. Depuis, on a compris que plus on crée de parking plus on compte de voitures.

La mobilité douce passe par la diminution du nombre d’engins à moteur (voitures et deux roues motorisés) pour donner plus d’espace et de respirations aux piétons et aux vélos.  Un centre-ville de Sète sans voiture n’est pas une utopie, mais un futur que nous savons proche.   

Installation des double-sens cyclables dans Sète

En ce  mercredi 7 avril, les premiers panneaux marquant les double-sens cyclables dans la zone 30 du centre-ville de Sète commencent à être posés.  

Panneau indiquant le double-sens cyclable pour les automobilistes implanté ce mercredi 7 avril 2021 dans la zone 30 de centre-ville de Sète

Résultat d’un long combat engagé en 2018 par la Roue libre de Thau, cette avancée concrète du droit des cyclistes démontre que la lutte, même à armes inégales, paie. 

Saluons cette  avancée réelle pour une ville plus agréable aux vélos. Sète va-t-elle devenir une ville “bike friendly” ?

Nous restons néanmoins conscients du chemin qui reste à parcourir pour une ville sûre et tranquille pour les cyclistes et les piétons.  

Pas un jour sans que la Roue libre de Thau ne soit interpellée par des cyclistes confrontés aux multiples obstacles et dangers rencontrés au quotidien. 

Du côté des  automobilistes et des conducteurs de deux-roues motorisées, certains  risquent d’être surpris (et fâchés) en se trouvant face-à-face avec un cycliste…  aussi, nous regrettons que la mise en place des double-sens cyclables ne s’accompagne pas d’une campagne de sensibilisation des automobilistes.  

   

Belle inauguration du double-sens cyclable dans le centre ville de sète

Ce vendredi 12 mars à 11 h nous étions nombreuses et nombreux à fêter le double-sens cyclable dans la zone 30 de Sète.

Lire l’article du Midi Libre annonçant l’événement.

Notre action juridique a contraint la Ville à prendre un  arrêté favorable au double-sens cyclable (voir l’arrêté municipal du 11 février 2021).  

Ce nouvel arrêté persiste à interdire un ensemble de rues aux double-sens cyclables au motif que « la sécurité des cyclistes ne peut y être assurée », ce qui constitue un aveu de taille des difficultés vécues au quotidien par les cyclistes circulant dans le coeur de ville de Sète. La liste des rues pour lesquelles le double-sens reste interdit figure dans l’arrêté municipal.

Cela signifie que les rues non mentionnées sont désormais ouvertes au cyclistes en double-sens, soit plus d’une trentaine de rues en sens unique pour les engins motorisés.  Voir la liste des rues concernées par le nouvel arrêté municipal.