Archives de catégorie : Événement local

Grand succès de la manif vélo à Montpellier samedi 10 novembre

Samedi 10 novembre 2018 : l’an 01 de la transition cyclable à Montpellier.

Plus de 1 300 cyclistes ont répondu ce samedi à l’appel de Vélocité Grand Montpellier et du mouvement citoyen #JeSuisUndesDeux pour réclamer une politique ambitieuse pour le vélo dans la Métropole de Montpellier. Du jamais vu dans la ville.

Des adultes, des enfants, des vélos de ville, des vélos cargo, des vélos couchés, des rollers, des trottinettes et aussi des piétons se sont rendus à Montpellier Méditerranée Métropole puis sur le parvis de la Mairie. Tous veulent pouvoir circuler en sécurité, y compris avec leurs enfants.

La preuve est donc faite : nous sommes plus que deux ! Les cyclistes ne doivent plus être traités avec condescendance, leur voix doit être entendue : ils sont des acteurs essentiels de la mobilité urbaine du futur. Oui le retour du vélo est constaté dans la Métropole de Montpellier Méditerranée, 11ème métropole de France, et le mouvement ne s’arrêtera pas !

Alors que Montpellier est sur le podium des villes les plus embouteillées de France, alors que les lignes de tramway sont parfois saturées, une politique ambitieuse et concertée peut faire de Montpellier la capitale du vélo !

Il y a urgence climatique, sanitaire, économique, environnementale et sociale !

Vélocité Grand Montpellier est prêt pour contribuer à la mise en place d’un système vélo digne de la ville du futur.

Communiqué de presse de Vélocité Grand Montpellier #JeSuisUnDesDeux

montpellier@fubicy.org

Manif cycliste #JeSuisUnDesDeux samedi 10 nov. à 11h Montpellier

Manif cycliste #JeSuisUnDesDeux samedi 10 nov. à 11h du Peyrou à la Mairie

Le vélo c’est bon pour tout le monde, pas seulement pour deux personnes !

Monsieur Philippe Saurel, maire de Montpellier et président de la 12ème Métropole française, a prétendu récemment qu’il est inutile de réaliser des aménagements cyclables « pour seulement deux personnes ». Voir ici sa déclaration.

Cette désinvolture sur la place du vélo en ville n’est hélas pas nouvelle à Montpellier.

Pourtant plus de 6 000 cyclistes rendent chaque jour à leur travail à vélo, auxquels s’ajoutent tous les autres usagers de deux roues qui privilégient leur santé, leur ponctualité, leur porte- monnaie et aussi leur souci de la planète. Ils aimeraient pédaler en sécurité, par exemple avec leurs enfants. Tout comme bien sur tous les autres habitants qui hésitent encore à le faire.

Montrons lui que nous sommes bien plus que deux à demander que le vélo ne soit plus traité avec condescendance.

Rendez-vous à 11 h au Peyrou pour une manifestation cycliste qui nous conduira du Peyrou à l’hôtel de ville (Pique-nique tiré du sac pour ceux qui souhaitent), arrivée prévue à l’hôtel de ville à 12 h.

 

Vélocité Grand Montpellier à 20 ans ! conférence de Frédéric Héran le vendredi 21 septembre

 A l’occasion de ses 20 ans, l’association Vélocité Grand Montpellier, organise une  Conférence-débat sur le thème : 

“Le retour du vélo à Montpellier”

Vendredi 21 septembre 2018 à 19 h Espace Jacques 1er d’Aragon
117 avenue des États généraux
Quartier Richter – Montpellier

Les indices d’un essor de la pratique du vélo se multiplient à Montpellier, au moins dans le centre.  Venez en débattre avec tous ceux qui observent chaque jour ce phénomène et en particulier :

–  Luc Nourigat, président de Vélocité Grand Montpellier, l’association de cyclistes urbains
Chiara Schaller, coordinatrice au Vieux Biclou, l’atelier d’auto-réparation des vélos
Jérôme Cassagnes, chargé d’études – mobilités actives au CEREMA Méditerranée

Et la présence exceptionnelle de Frédéric Héran, économiste des transports et urbaniste,
auteur du livre à succès « Le Retour de la bicyclette. Une histoire des déplacements urbains en Europe, de 1817 à 2050 » (Éditions La Découverte, Poche, 2015
qui animera la conférence et mettra en perspective historique ce que nous vivons à Montpellier.

Ne manquez pas cet événement ! Réservez votre soirée ! Parlez en à vos amis et connaissances ! Faites circuler !

Un pot clôturera la soirée.

 

 

Le Midi libre relaie le baromètre des villes cyclables

Midi-Libre du 3 août 2018

La belle cote du deux-roues : une réalité trompeuse ? 

Vélo Malgré les labels décernés, les cyclistes s’estiment laissés sur le bord de la route

Alors que l’Office de tourisme (OT) de Sète vient de recevoir un label honorifique Accueil Vélo, le diagnostic 2018 du Baromètre des villes cyclables locales, réalisé par le site Parlons Vélo, fait, quant à lui, part d’une situation relativement critique pour le deux-roues en Île singulière. Un paradoxe qui mérite réflexion.

Un potentiel certain… 

Le secteur du vélo, en plein essor actuellement, fait le bonheur des touristes en recherche de sport et d’évasion. Face à ce constat, l’OT s’est rapidement adapté à la situation. Et le travail paie puisque son nouveau label, remis par la Région, atteste de la qualité de son accueil et des services relayés auprès des cyclistes. « Les touristes cyclistes sont de plus en plus nombreux, on se fait le relais des informations. C’est une vraie expertise, pour les conseillers. Il faut les diriger vers les services les plus adaptés à leur demande », explique Marie De La Forest, adjointe au maire déléguée du tourisme. Ainsi, pour pédaler tout en contemplant la beauté du paysage sétois et méditerranéen, plusieurs parcours s’offrent aux sportifs. En ville, le déplacement à vélo se fait en longeant les côtes, en périphérie du centre, par le Nord le long de l’étang de Thau ou par le Sud le long de la Corniche. Avec, dans les deux cas, une vue imprenable sur le littoral sétois. En bordure de plage, la fameuse Voie verte du lido permet de joindre Marseillan-plage depuis le Port des Quilles sur douze kilomètres de piste. Pour ce qui est de la location de vélos, ce n’est pas non plus un problème, car la ville regorge de prestataires expérimentés, comme Bike Med, qui a également reçu un label Accueil Vélo en 2018.

… mais mal exploité 

Cependant, malgré cet atout cyclable, les statistiques nationales démontrent, en réalité, une situation jugée défavorable pour les vélos dans l’ensemble de la région Occitanie… Et, malheureusement, celle que l’on surnomme la Venise Languedocienne porte tout autant le bonnet d’âne !

L’étude, menée sur la base de 270 témoignages de particuliers volontaires en avril dernier, recense un sentiment global de frustration de la part des Sétois, qui concèdent un “potentiel vélo” certain mais dénoncent un manque de prise en charge par les politiques publiques de la ville. Les questions, ouvertes, ont laissé libre court aux remarques et observations des locaux. Principalement, les participants déplorent un cœur de ville quasiment inaccessible en deux-roues, des axes routiers hostiles (avenue Maréchal-Juin par exemple) et une absence éminente d’aménagement (voies en double sens, aucune signalétique, modicité du nombre de places de parking…). Parmi les nombreuses remarques figurant dans le rapport, un témoin s’indigne : « Le passage sous le théâtre de la mer est une aberration !» Un autre fait référence à la dangerosité du lieu:« Il n’y a pas assez de places pour les piétons et les vélos et il y a un virage sans aucune visibilité ! Je choisis de rouler sur la route à ce niveau-là, afin d’éviter de croiser ou de doubler au même endroit des piétons et d’autres vélos. »

Malgré tout, quelques commentaires font référence aux timides efforts récemment menés pour améliorer les conditions de circulation des cyclistes et encouragent la ville à poursuivre dans cette voie.

A l’heure où l’humanité vit désormais à crédit -les ressources annuelles renouvelées sont déjà épuisées il serait judicieux de dépoussiérer les vélos du garage. Mais encore faudrait-t-il pouvoir pédaler en toute sécurité.

CAMILLE THOMASO

Plus de parkings… plus de voitures

La Ville de Sète annonce la création d’un parking souterrain de 300 places sur la place Stalingrad (face au Théâtre Molière). L’objectif est de “développer l’offre de stationnement et ainsi de rendre la ville plus fluide pour les Sétois” et “d’améliorer le quotidien des Sétois“. (Sète.fr n°157 de juillet-août 2018).

Ce choix du “tout parking”  montre que les élus ont une vision de la ville datant du siècle dernier…  et n’ont manifestement  pas compris les enjeux de la mobilité urbaine et de la vie en ville.

Améliorer le quotidien des habitants et rendre les déplacements plus fluides passe avant tout par la réduction de la place des véhicules motorisés et par le développement des modes actifs, marche et vélo.

Comme le souligne avec justesse Thau Info (lire l’article), ” un peu partout, la tendance est à la réduction de la place de la voiture pour favoriser la marche à pied, le vélo ou les transports en commun.  Pour l’architecte danois Jan Gehl, très écouté des urbanistes, le modèle en terme d’aménagement est Venise, la ville avec ses canaux, ses petits ponts, ses places et ses innombrables ruelles où le piéton est roi.  Pour Jan Gehl, la ville doit être conçue pour encourager le vélo et plus encore la marche, le mode de déplacement naturel de l’homme. Copenhague, sa ville natale, fut ainsi la première ville d’Europe à réduire la circulation automobile et le nombre des places de stationnement en centre-ville. En 40 ans, malgré un climat rigoureux, le vélo s’est imposé comme moyen de transport et la superficie allouée aux piétons a été multipliée par 7. Résultat : 84 % des habitants n’utilisent plus la voiture pour se rendre au travail et l’activité économique du centre-ville s’est accrue avec l’augmentation de la fréquentation piétonnière.”Allant à l’encontre de ces évidences, la Ville de Sète se félicite de dépenser massivement dans la rénovation des parkings des  Halles et du Canal et persiste en visant à développer à tout prix l’offre de stationnement en centre-ville.

A quand un plan pour le développement des modes actifs à Sète : plan marche (rénovation et agrandissement des trottoirs, signalétique piétonne…) et aménagements pour les vélos (bandes cyclables, sas vélo, double-sens-cyclables, parkings à vélos collectifs et sécurisés…) ?

Festival de Thau : Convergence cycliste de Sète à Mèze vendredi 20 juillet 2018

A l’occasion du Festival de Thau, la Roue libre de Thau organise une convergence cycliste de Sète à Mèze le vendredi 20 juillet 2018.

Balade festive et conviviale ouverte à toutes et à tous !

La distance de Sète à Mèze est de 19 kilomètres soit 1 heure 30 de vélo à un rythme paisible (moyenne de 12 km/h) majoritairement sur des voies protégées.

Départ de Sète à 17 heures place Aristide Briand (kiosque). Plusieurs points de ralliement sont proposés (voir ICI) le long du parcours afin que les cyclistes des autres communes du bassin de Thau puissent rejoindre la convergence.

Inscrivez-vous à la convergence ! 

En cliquant sur ce lien : https://www.larouelibredethau.org/nous-contacter/

en adressant un mail à contact@larouelibredethau.org ou un SMS au 06 12 12 42 23

Cela vous permettra, si vous êtes inscrits, de bénéficier de 3 euros de réduction sur le spectacle du soir et  de revenir en navette maritime de Mèze à Sète à la fin des spectacles.

ou

 

Une assemblée générale 2018 fructueuse

Vingt-trois participants pour la quatrième assemblée générale  de la Roue libre de Thau ce samedi 3 février à la maison de la vie associative de Sète. Voir le compte-rendu de l’assemblée générale.

Une occasion de revenir sur l’année 2017 riche en événements et avancées : la Convergence Vic à vélo suivie d’aménagements provisoires pour sécuriser le passage entre Mireval et Vic-la-Gardiole, la zone 30 dans le coeur de ville de Sète, la pose d’arceaux vélos, etc.

Pour l’année 2018, la Roue libre de Thau entend poursuivre ses activités du premier week-end de chaque mois avec :

  • le premier samedi du mois une vélorution festive dans les rues de Sète (de 11h à 12 h) avec désormais un parcours identique (voir la carte) et une animation sonore ;
  • suivie d’un atelier d’auto-réparation de vélos (de 12 h à 13 h) désormais bien équipé en outils. Notez-le afin d’amener vos vélos à réparer ou à entretenir (place Aristide Briand au kiosque).
  • Toujours le premier samedi du mois, la réunion mensuelle de 15 h à 17 h est ouverte à l’ensemble des adhérents et sympathisants (à la maison de la vie associative de Sète 11 rue du Moulin à Vent).
  • Le lendemain, premier dimanche du mois, la balade mensuelle nous permet de découvrir des nouveaux  espaces et d’aller la  rencontre d’autres associations du territoire.

Le développement de l’association au-delà des villes de Sète et de Frontignan d’où viennent la plupart des adhérents actuels constitue un enjeu de l’année 2018.  La création de groupes locaux de la Roue libre de Thau dans les autres villes de l’agglomération ( les deux Balaruc,  Bouzigues, Gigan, Loupian, Marseillan, Montbazin, Mèze, Mireval, Poussan, Villeveyrac,  Vic) permettrait à l’association d’avoir une meilleure représentativité et plus de poids vis-à-vis de l’agglomération (Sète Agglopôle Méditerranée).

Le mode de gouvernance collégiale de l’association a été confirmé lors de l’AG qui a décidé que les animateurs référents des activités de la Roue libre de Thau animeraient l’association.

Les principales activités sont :

  • les aménagements cyclables,
  • l’animation de l’atelier d’auto-réparation
  • les vélorutions,
  • l’organisation des balades
  • la gestion de la trésorerie et des adhésions,
  • le suivi des outils informatiques
  • le secrétariat et la communication
  • le développement sur les autres communes du bassin de Thau

Pour chacune de ces activités, un ou plusieurs animateurs référents se sont proposés. Ils sont chargés d’animer et de coordonner les bénévoles qui s’investissent dans ces activités.

N’oubliez pas de renouveler votre adhésion pour l’année 2018.

Le montant de l’adhésion de base reste de 5 euros.

  • vous pouvez adhérer en ligne ICI
  • vous pouvez également adhérer en remettant un chèque ou des espèces à l’occasion de nos vélorutions,  atelier d’auto-réparation ou balades.
  • vous pouvez également adhérer en adressant un chèque (uniquement) à La Roue libre de Thau, chez Véronique BOURRAT, 29  rue Honoré Euzet  – 34200 Sète accompagné de votre bulletin d’adhésion

N’ayons pas peur des double-sens cyclables

Beaucoup de gens non habitués au vélo pensent que le double-sens cyclable est dangereux. Mais dangereux pour qui ?

Les retours d’expériences  depuis la mise en place des double-sens cyclables  prouvent qu’ils permettent plus de sécurité : cycliste et automobiliste peuvent se regarder en face et la vitesse moyenne des véhicules motorisés baisse.

Les automobilistes visualisent  un panneau qui indique clairement que des vélos roulent dans les deux sens, donc dans le sens de la voiture et aussi en sens inverse.

L’automobiliste réduit spontanément la vitesse quand il y a un cycliste en face.

Le double-sens cyclable crée une zone tampon entre la rue et le trottoir ce qui profite aux piétons.

Si l’automobiliste pense que c’est dangereux, le cycliste a une toute autre opinion là-dessus, car le danger (la voiture) vient d’en face, il est donc bien visible. Le vrai danger pour le cycliste est la voiture qui vient de derrière. Ce n’est donc pas le “contresens” qui est réellement dangereux, mais le “bon sens”… l’accidentologie le prouve.

Depuis le 22 décembre 2017, la ville de Sète a instauré une zone 30 dans le centre-ville.

Sans toutefois mettre en place des double-sens cyclables alors qu’ils sont prévus par la loi.

L’arrêté municipal instaurant la zone 30 est donc contraire à la loi dans la mesure où il “suspend les mesures prises habituellement permettant aux cyclistes d’emprunter toutes les chaussées à double sens“.

Une telle mesure générale n’est pas conforme, la  Ville étant tenue de motiver rue par rue ce qui justifie la dérogation qu’elle entend appliquer au principe du double-sens cyclable.

La Roue libre de Thau a adressé une demande de recours gracieux au Maire de Sète afin que la ville se mette en conformité avec la loi.

La Roue libre de Thau souhaite vivement que le dialogue puisse enfin s’ouvrir avec la ville de Sète pour construire ensemble et positivement une ville ouverte aux vélos et aux piétons.

Assemblée générale de la Roue libre de Thau

Samedi 3 février de 14 h à 17 h participez à l’assemblée générale annuelle de la Roue libre de Thau.

Maison de la vie associative de Sète (11, rue du Moulin à Vent)

L’assemblée générale est l’occasion de revenir sur les actions réalisées en 2017 et de tracer les perspectives pour 2018.

Balades de découverte du territoire, vélorutions pour revendiquer une place pour les vélos en ville , atelier d’auto-réparation de vélos pour sortir les vélos des caves et les remettre en service, interpellation des pouvoirs publics sur les aménagements cyclables pour rendre la ville ouverte aux modes actifs (marche et vélo)… autant d’actions à poursuivre et amplifier en 2018 !

Consultez le  numéro 3 de la Gazette de la Roue libre pour tout savoir sur l’activité de notre association en  2017 !

Mettez-vous en forme en participant le samedi matin à la vélorution dans les rues de Sète (rendez-vous 11 h place Aristide Briand)

Voir la carte du circuit de nos vélorutions.

 

Commencez bien l’année !

Au programme de cette nouvelle année 2018

Pour un début d’année vigoureux, venez participer au bain des givrés ! 
Dimanche 7 janvier à Frontignan Plage (plage des Mouettes)

Rendez-vous à 9 h 15 pour un départ à 9 h 30 Place Aristide Briand à Sète, prévoyez maillot, serviette… et bonne humeur pour le grand bain méditerranéen.

Samedi 13 janvier venez partager la galette des rois de Sète en Transition de 12 h 30 – 14 h 30 à la Maison de la vie associative (11 rue du Moulin à Vent à Sète).

Suivie à 15 h de la réunion mensuelle de la Roue libre de Thau.