Garer son vélo à Escale à Sète

A l’occasion d’Escale à Sète, la Roue libre de Thau a  proposé d’installer et d’animer  un parking vélo sécurisé pour les visiteurs cyclistes. En 2020, lors de la précédente Escale (annulée pour cause de pandémie), la Place Delille avait été  identifiée pour l’installation d’un tel  parking.  Malheureusement, notre proposition entièrement bénévole est restée sans réponse tant de la part des responsables de la manifestation que de la Ville de Sète. 

Au vu des vélos stationnés “sauvagement” sur le mobilier urbain, nous constatons que notre proposition répondait à une réelle demande.

Nous  regrettons d’autant plus cette indifférence vis à vis des cyclistes  que  nous constatons avec bonheur que des efforts ont été faits cette année pour inciter les visiteurs à utiliser les transports en commun (billets SNCF réduits et navettes gratuites).

Pourquoi une telle négligence vis à vis du vélo alors que  se rendre à Escale à vélo constitue une solution simple et économe d’espace public, peu coûteuse, bonne pour le climat et la santé ?

Mai à vélo

La Roue libre de Thau organise deux événements dans le cadre de l’opération nationale Mai à vélo.

Dimanche 1er mai, nous irons au parc Tabarka à Marseillan pour un grand pique-nique, barbecue et animations vélo comme un atelier de réparation et des jeux d’adresse à vélo.

Départ de Sète à 10 h depuis les jets d’eau du Lido et départ de Frontignan à 9 h 30 depuis la place de la République (église).

Samedi 7 mai, venez assister à la projection du documentaire La Roue libre sur une vélo école réalisé avec la Maison du vélo de Toulouse et l’association Fil rouge.

Nous nous retrouverons dès 15 h pour des animations vélo sur la place Aristide Briand à Sète puis assisterons à la projection du film à 18 h au Comoedia.

Une belle après-midi en perspective.

Les résultats du baromètre des villes cyclables 2021

Allez sur la carte interactive pour connaître tous les résultats du Baromètre des villes cyclables. Vous pouvez choisir votre ville avec la petite loupe située à droite de l’écran.

N’hésitez pas à cliquer sur les 6 critères qualifiant le ressenti des cyclistes : ressenti global, sécurité, confort, effort de la ville, stationnement et évolution. Vous aurez ainsi les réponses aux différentes questions du baromètre. 

Sète, Frontignan, Villeveyrac, Mèze et Marseillan figurent dans les  résultats du baromètre 2022 des villes cyclables. Ces cinq villes du bassin de Thau améliorent leur positionnement dans le classement par rapport au précédent baromètre de 2019.

Cette année encore, Marseillan se classe troisième de sa catégorie des “petites villes” après St Jean de Monts et le Val de Reuil. Le climat vélo à Marseillan est jugé “très favorable” par les cyclistes.  Voir les commentaires des répondants sur Marseillan.

Les résultats sont moins brillants pour Sète, dont le climat est jugé “plutôt défavorable” une légère amélioration puisque Sète était classé “défavorable” en 2019. Voir les commentaires des répondants sur Sète.

Le climat vélo à Frontignan est jugé  “moyennement favorable” témoignant ainsi  d’une légère amélioration depuis 2019 où Frontignan se classait en “plutôt défavorable”. Voir les commentaires des répondants sur Frontignan.

Mèze bénéficie d’un climat jugé “plutôt favorable” d’autant plus méritoire que cette ville n’a pas été classée en 2019. Voir les commentaires des répondants sur Mèze.

Villeveyrac également nouvelle venue dans le classement du baromètre a un climat vélo jugé “défavorable” illustrant ainsi les progrès nécessaires pour améliorer la cyclabilité. Voir les commentaires des répondants sur Villeveyrac.

 

 

 

Sète en transition, la suite de l’histoire


Sète en transition est une aventure collective, démarrée en février 2014, il y a huit ans, qui a permis à de nombreuses personnes de se rencontrer, d’échanger, d’imaginer, de partager, de tisser des liens, de construire ensemble des actions concrètes, des collectifs, des associations, de réaliser de belles choses, de donner à vivre la ville autrement, de concrétiser des rêves, de donner corps à des utopies…

Ensemble, nous avons rendu visibles les cyclistes et contribué à apaiser les circulations à Sète.
Ensemble, nous avons mis en place une épicerie de quartier associative, légère, conviviale, où se retrouvent des habitant.e.s et des produits locaux, de qualité à prix modérés.
Ensemble, nous avons échangé sans argent des services et des tas d’objets qui ont ainsi retrouvé une nouvelle vie, en particulier à l’occasion d’immenses gratiferias.
Ensemble, dans différents coins de la ville, nous avons fait pousser des légumes qui étaient à la disposition de tous.
Ensemble, nous avons implanté une monnaie locale positive soutenant le petit commerce de proximité.
Ensemble, nous avons attiré l’attention des habitants sur l’invasion des déchets, sur l’importance de la réduction de la consommation d’emballage et du développement du réemploi, sur l’illusion du recyclage. Nous avons mis en place des composteurs de quartier et invité de nombreux commerçants à accepter les contenants apportés par leurs clients.
Ensemble, nous avons imaginé Sète et le bassin de Thau en 2050, en intégrant les principaux facteurs qui vont jouer sur son évolution future.
Ensemble, nous avons monté un tiers-lieu, puis un deuxième, qui trouvera en fin d’année son emplacement définitif.
Ensemble nous avons rêvé plein d’autre choses, comme une école où les enfants s’épanouiraient, un habitat partagé où tous les voisins se connaîtraient, une ressourcerie où les objets abandonnés reprendraient vie…
Sète en transition a initié, porté ou soutenu de plus ou moins près toutes ces initiatives et quelques autres, à la manière d’un catalyseur. Nous y avons semé des idées et engagé beaucoup d’énergie. Nous y en avons aussi récolté beaucoup. Maintenant, nombre de ces initiatives ont pris leur envol. Le catalyseur a perdu de son utilité et le conserver n’a plus de sens. La transition continue à Sète, sous d’autres formes, mais il est temps que Sète en transition tire sa révérence : ce site web, sa lettre d’info, sa page fk vont s’endormir pour laisser la place aux nouveaux rêves et aux nouvelles initiatives.

Il y a un temps pour tout ; le temps de Sète en transition est passé. Huit ans riches de rencontres, d’entraide, de fraternité. C’était vraiment chouette !

Merci à toutes les personnes qui ont pris part à cette belle aventure pour leur engagement, leur persévérance, leur enthousiasme, leur énergie, leur dynamisme, leur envie d’agir et de construire un monde plus beau, plus humain, plus authentique, plus sobre, plus proche de l’essentiel.

La suite de l’histoire, c’est à chacun.e de l’écrire. Bonne transition à toutes et à tous !

PS : Ce qui reste des outils de Sète en transition
Le site web va perdurer “un certain temps”, mais sans la page de contact : les internautes n’auront qu’à contacter chaque association ou collectif directement.
La carte des alternatives du bassin de Thau reste contributive : vous pouvez la mettre à jour à tout moment. Cette carte est intégrée dynamiquement à la carte des alternatives de France, Transiscope. Les alternatives de cette carte ont donc une visibilité nationale.
La liste des abonnés de cette lettre d’info (540 personnes), pour le cas où un jour quelqu’un veuille la relancer.
La page fb toujours animée par Mathilde, tant que ça lui plaira.

Samedi 12 mars : assemblée générale de la Roue libre de Thau

Tous les adhérents de la Roue libre de Thau sont invités à l’assemblée générale samedi 12 mars de 14 à 17 heures à la Maison de la Vie Associative, 11 rue du Moulin à Vent à Sète.

Vous pouvez d’ores et déjà lire la Gazette de la Roue libre de Thau qui fait office de rapport d’activités 2021 de notre belle association.

Vous pouvez également découvrir  le rapport financier 2021 qui sera présenté à l’AG.

Si vous souhaitez être candidat à conseil d’administration, téléchargez l’acte de candidature.

Si malheureusement vous ne pouvez pas venir le 12 mars, donnez votre procuration à un autre adhérent.

Piste, Bande, Voie… de quoi parle-t-on ?

Le marquage d’une bande cyclable sur l’avenue Victor Hugo à Sète et l’écho qu’en a fait la presse donnent l’occasion d’apporter quelques précisions sémantiques sur les voies cyclables.

Une piste cyclable est une chaussée exclusivement réservée aux cycles, en principe les piétons ne peuvent pas y circuler. Elles sont soit unidirectionnelles (un seul sens de circulation) soit bidirectionnelles (à deux sens de circulation). Exemple sétois : piste cyclable de de la Promenade du Maréchal Leclerc.

La longueur de l’ensemble des pistes cyclables à Sète est d’environ 30 km, loin des 190 km annoncés par le Maire au cours de l’émission de France-Inter.

Une bande cyclable est une voie unidirectionnelle sur une chaussée à plusieurs voies. Elle est matérialisée par un simple marquage au sol sans séparation physique. Exemple sétois tout récent : l’Avenue Victor Hugo.

Une voie verte désigne une route exclusivement réservée à la circulation d’usagers non motorisés, à savoir les piétons et les cyclistes. Ce sont des aménagements en site propre (séparés de la circulation motorisée) souvent réalisés sur une ancienne voie de chemin de fer désaffectée, un chemin de halage, un chemin rural, un chemin forestier, etc. Exemples sétois : voie verte du Lido reliant Sète à Marseillan ou voie verte intercommunale reliant Sète à Balaruc (ancienne voie ferrée)

Une aire piétonne : les cyclistes y sont admis, ils doivent y circuler au pas et sans gêner les piétons. Exemple sétois : les rues piétonnes Gambetta, Alsace-Lorraine…

Une rue dite « en double-sens cyclable » est à double sens de circulation — ou bidirectionnelle —, mais un de ces sens est réservé aux seuls cyclistes. Les rues dont la vitesse maximale autorisée est de 30 km/h ou moins ont toutes vocation à être en double-sens cyclable, sauf décision contraire motivée de l’autorité investie du pouvoir de police. Exemple sétois : une partie des rues de la zone 30 (en réalité seulement la moitié des rues ou quais limités à 30)

Une chaussée à voie centrale banalisée (CVB) est un aménagement particulier d’une chaussée lorsqu’il est impossible, pour des questions de largeur disponible, d’y tracer des bandes cyclables. On crée alors une voie centrale de circulation générale, banalisée car elle accueille la circulation dans les deux sens. Aucun exemple à Sète ni sur l’agglopôle.

Un couloir mixte bus / vélo est une voie réservée aux bus ouverte aux vélos. Aucun exemple à Sète ni sur l’agglopôle.

Pour aller plus loin sur les aménagements cyclables avec le CEREMA.

190 km de pistes cyclables à Sète…le scoop de 2022 !

Au cours de l’émission de France Inter, la Tête au Carré à écouter ICI, le Maire de Sète a affirmé que la Ville avait créé 190 km de pistes cyclables… pour tenter de se justifier face au contre-sens écologique  du  projet de parking sous la place Aristide Briand.

Où peuvent bien se nicher ces 190 km de pistes cyclables, alors que la plus longue piste sètoise “la voie verte du Lido” depuis la corniche de Neuburg à Marseillan Plage ne représente que 14 km ?

Même en comptant l’ensemble des pistes de l’agglomération, on ne voit pas comment M. Commeinhes arrive à ce chiffre. Le tour complet de l’étang de Thau représente moins de 60 km et il n’est pas entièrement traité en piste cyclable (notamment entre Mèze et Marseillan).

De surcroît, l’essentiel de ces pistes cyclables de l’agglomération ont été financées par le Département de l’Hérault et non pas les communes.  A titre d’exemple, la piste cyclable du Lido à Sète  a été financée par l’Europe (35 %),  la Région (15 %) le Département (15 %), l’agglomération (22 %) et l’Etat (13 %), la ville de Sète qui n’a guère contribué à son financement ne peut la revendiquer.

Des vessies pour des lanternes” dit le bon sens populaire, des parkings pour des pistes cyclables… répond en écho le Maire de Sète. L’actuelle équipe municipale affirme vouloir “développer les modes doux”, c’est sans doute pour cela qu’elle  dépense sans compter dans la rénovation des parkings  du canal et des Halles, dans la création du parking souterrain de la place Stalingrad… (tristement vide et prenant l’eau dans son second niveau toujours fermé) et envisage de construire un parking place Aristide Briand et ensuite à la Consigne… 

Une ville apaisée, c’est avant tout une ville sans voiture et donc sans incitation à les faire entrer en ville comme le sont les parkings projetés.  

Samedi 18 décembre, place du kiosque pour dire non au parking

Une journée de mobilisation festive pour dire NON au projet de parking sous la place Aristide Briand.

Le collectif  Bancs publics tiendra à 11 h son assemblée générale qui sera suivie d’animations et de festivités : pique-nique, décoration du kiosque, atelier dessin  enfants, concert, etc.

Soyons au rendez-vous de ce moment important !

Pour recevoir les infos du collectif et/ou participer aux actions, écrire à bancspublicssete@gmail.com 
Pour soutenir cette mobilisation : signez la pétition en ligne

Association pour le développement du vélo autour du bassin de Thau