Archives par mot-clé : presse

Le Midi Libre relaie l’enquête Baromètre cyclable

Le Midi Libre du jeudi 9 novembre consacre sa “une” à l’enquête de la FUB le Baromètre des villes cyclables et donne les  résultats intermédiaires sur le bassin de Thau.

En page 3, le Midi Libre s’interroge pour savoir si le Bassin de Thau est l’ami des cyclistes…

Le journal poursuit sur les suites de notre action Convergence Vic à vélo du 1er octobre :

Si vous ne l’avez déjà fait, dépêchez-vous de répondre à l’enquête nationale

 

Aménagements cyclables entre Vic et Mireval

Une réponse rapide du Département

La mobilisation pour la Convergence à Vic à vélo le 1er octobre dernier n’est pas restée sans lendemain ! Dès le 2 octobre en effet, le Département de l’Hérault publiait un communiqué de presse pour annoncer le traitement des discontinuités cyclables entre Vic-la-Gardiole et Villeneuve-lès-Maguelone.

Une rencontre en mairie de Frontignan

La Roue Libre de Thau a ensuite été contactée par le cabinet de Pierre Bouldoire, maire de Frontignan et premier vice-président du Conseil départemental de l’Hérault. Une rencontre des représentants de notre association et de Vélocité Montpellier s’est tenue le 19 octobre en mairie de Frontignan avec :

  • Pierre Bouldoire
  • Yves Jaumin, directeur de cabinet
  • Éric Meulin, responsable des aménagements cyclables au Conseil départemental
  • Frédéric Jauch, responsable de l’Agence technique départementale
  • Sylvain Menras, chargé d’opération (EuroVélo 8)

Sécurisation de la traversée de la RD114

Le franchissement de la route départementale 114 entre Vic-la-Gardiole et Mireval constitue le principal point noir, aussi bien pour la continuité des itinéraires cyclables longue distance que pour l’accessibilité de l’arrêt SNCF depuis Vic.

Deux solutions définitives sont depuis longtemps à l’étude pour sécuriser le carrefour 114/116.  Elles devraient être finalisées d’ici la fin de l’année 2018 avec la SNCF, en fonction du choix d’un passage sous ou sur le pont.

En attendant, un aménagement provisoire est en cours de réalisation : signalisation horizontale et verticale, bandes rugueuses, limitation de la vitesse à 70 km/h. Ces aménagements sont destinés à informer les automobilistes “qu’ils entrent sur un site partagé avec les cyclistes.”

À l’approche du pont, des bandes sonores au sol ont été réalisées, pour ralentir le flux routier.
Des damiers de peinture vertes signalent l’intersection des voies douces et des voies routières.
Deux bandes sont peintes sur chaque bord de la chaussée, représentant des pictogrammes de cyclistes.

Ces photos sont extraites de l’article de Thau Info que René Rispoli conclut par ce paragraphe : “Il faut espérer que ces aménagements provisoires, en attendant le franchissement de la route et de la voie ferrée en voie propre pour les vélos, apporteront une amélioration quant à la tranquillité et la sécurité des cyclistes, et des piétons.

La Roue Libre dans la revue de la FUB

Le dernier numéro (n°140, mars-avril 2017) de Vélocité, la revue de la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB)  parle de la Roue Libre de Thau… Nous avons en effet l’insigne honneur d’être la 200 ème association adhérente au réseau !

Cliquez sur l’image pour agrandir l’article de Vélocité

Ce numéro de Vélocité traite de 2 événements importants de ces derniers mois : l’opération Parlons Vélo ! lancée par la FUB à l’occasion des élections présidentielles, et l’organisation du Congrès annuel de la FUB à Nantes ce dernier week-end d’avril.

En savoir plus sur Vélocité

Vélocité – la revue du cycliste au quotidien – est un bimestriel édité par la FUB. Il s’adresse aussi bien aux cyclistes urbains et aux associations (comme la Roue Libre de Thau) qui cherchent à promouvoir le vélo en ville, qu’aux techniciens en transports et en aménagements et aux élus sensibles aux problématiques de déplacements urbains…

Et bien sûr, il s’adresse aussi à tous les curieux désireux de tout savoir sur le vélo urbain ! En savoir plus sur le site de la FUB.


Retrouvez sur notre page Revue de presse plus d’articles consacrés à la Roue Libre de Thau.

Bouchons derrière les vélos à Sète : les cyclistes inquiets

Un article du Midi Libre intitulé « Bouchons derrière les bus à Sète : les chauffeurs inquiets » a inspiré ce pastiche à notre envoyé spécial dans les rues de Sète, pour parler d’un réel problème : le sentiment d’insécurité des cyclistes dans les rues étroites. Que ce soit avec les bus ou les cyclistes, le problème réside peut-être dans le comportement de certains automobilistes  qui ne supportent pas de devoir partager la voirie et d’avoir à ralentir pour laisser un peu de place à des moyens de déplacement plus adaptés à la ville…


Les cyclistes se plaignent de violences verbales répétées

« On n’est pas en été, alors qu’est-ce que ça va être en période estivale, alors que, déjà, le bouchon s’étend jusqu’au Poisson Fa ! » Ce cri du cœur d’un cycliste montre bien le désarroi des utilisateurs de deux-roues non motorisés devant le nouveau profil des quais Adolphe Merle et Docteur Scheydt.

Pour favoriser la circulation piétonne, un espace dédié a été créé en bord de quai. La chaussée a donc été rétrécie et les cyclistes circulent presque au milieu pour éviter les risques liés aux ouvertures de portières des voitures stationnées en créneau sur le côté droit. Ce qui crée des ralentissements « à chaque passage de cycliste. On a beau dire que la limitation à 30 km/h de la vitesse sur ces voies est de nature à favoriser la cohabitation des voitures et des vélos, elle est rarement respectée… »

Il n’y a plus de place pour laisser passer les cyclistes avec le nouvel aménagement du Quai Adolphe Merle à Sète.

« Les violences verbales y sont plus nombreuses »

Depuis que les quais, nouvelle version, sont en service, les cyclistes vivent avec « une pression supplémentaire. Ça klaxonne derrière. Il y a même des automobilistes qui accélèrent avec leur véhicule pour forcer le passage. Les violences verbales y sont plus nombreuses. »
Ces deux quais sont pourtant particulièrement importants pour les cyclistes, car ils permettent de rejoindre la gare ou la Plagette depuis le centre-ville. « On pourrait passer ailleurs si la ville aménageait des double-sens cyclables, mais il n’y en a pas ! »

Des courriers envoyé à la mairie

Pourtant, les cyclistes avaient, en quelque sorte, donné un coup de sonnette début décembre en effectuant une reconnaissance des travaux en cours. Certains ont envoyé, en décembre et en janvier, des courriers à la mairie pour signaler l’absence d’aménagements cyclables, en violation du Code de l’Environnement qui les impose lors d’une rénovation de la voirie. Aucune réponse vraiment convaincante n’a été reçue.

En attendant, les cyclistes regrettent que le nouveau profil des quais n’ait pas fait l’objet d’une concertation avec l’association la Roue Libre de Thau. « En se basant sur notre expérience, ils auraient pu légèrement modifier certains tracés, explique un autre adepte du vélo. Par exemple, le stationnement en épi à gauche prend beaucoup de largeur.

En le transformant en stationnement en créneau, cela permettrait de contenter tout le monde. On nous répond qu’il n’est pas possible de réduire la place de la voiture en ville  (Il semble toutefois que d’autres villes ont tenté avec succès l’expérience, NDLR). Ou alors l’autre solution serait d’installer des ralentisseurs ou des radars, des panneaux rappelant que la chaussée est partagée et que les automobilistes doivent respecter une distance latérale de sécurité de 1 mètre pour doubler un cycliste en ville. Mais dans tous les cas, on ne nous a pas consultés. » Et ce cycliste de conclure, avec humour, « on attend avec “impatience” la poursuite des grands travaux à Sète… »

Timothée ANCEL


Quelques points de réglementation

L’article R414-4 du Code de la Route prévoit une distance latérale minimale de 1,5 m à respecter lors du dépassement d’un cycliste. En agglomération cette distance est réduite à 1 m. Le non-respect de cette obligation est sanctionné d’une amende de 135 € et d’un retrait de 3 points.

L’article R417-7 du Code de la Route prévoit une obligation de prudence à l’ouverture des portières. Son non-respect est sanctionné d’une amende de 11 €.

Il existe des panneaux invitant au partage de la chaussée entre cyclistes et automobilistes. La différence de culture cyclable entre les Pays-Bas, pays très en avance dans la promotion du vélo, et la France est très visible. Alors que le panneau néerlandais invite clairement les automobilistes à rester derrière un cycliste sans tenter de le doubler, le panneau français semble inviter le cycliste à serrer à droite et inciter l’automobiliste à doubler en le frôlant…