Archives par mot-clé : aménagement

La ville de Sète a peur des double-sens cyclables !

En décembre 2017, la Roue libre de Thau a adressé un courrier à la Ville de Sète demandant l’application de la Loi LAURE qui prévoit des aménagements cyclables lors des travaux de rénovation de voirie.

En février 2018, nous avons formulé un recours gracieux à la Ville de Sète pour demander l’application du code de la route qui prévoit le double-sens cyclable dans les rues et les zones limitées à 30 km/h.

Nous venons de recevoir la réponse de la Ville à ces deux courriers : circulez, il n’y a rien à voir ! tel pourrait être le sens de cette réponse que vous pouvez lire ICI 

Nous y apprenons que la mortalité à vélo aurait augmenté de 22 % en 7 ans !  et qu’il conviendrait d’attendre la finalisation du Plan de déplacement urbain…  alors même que les ateliers du même PDU ont mis en évidence la nécessité d’améliorer la cyclabilité du territoire notamment par la mise en place des récentes évolutions du code de la route favorables aux cyclistes (double-sens cyclable, cédez le passage cycliste au feu, sas cyclistes, possibilité de s’écarter des voitures en stationnement pour les cyclistes, autorisation de chevauchement  des lignes blanches par les automobilistes  pour doubler un cycliste…)

Alors que les beaux jours reviennent et que les vélos sortent des garages… constatons que la vie des cyclistes urbains reste difficile particulièrement dans le centre-ville de Sète !

Des bonnes nouvelles…

Une station de gonflage des vélos est installée à Balaruc à la hauteur du centre commercial. Une initiative utile et pratique pour les cyclistes qui veulent rouler bien gonflés ! (cliquez sur la photo pour l’agrandir)

Lors des ateliers de concertation pour la définition du Plan de déplacement urbain (PDU) de l’agglomération (les 13 et 14 mars) l’annonce de la réalisation d’une voie verte sur la RD 2 (qui relie Sète à Balaruc) sur l’emplacement de l’ancienne voie ferrée à été confirmée : début des travaux prévu en 2019. De même, la mise en place d’un Transport en Commun en Site Propre (TCSP) partiel est prévue sur cette même voie qui a vocation à devenir un “boulevard urbain”…

Le cédez le passage cycliste au feu

Les responsable de la voirie ont la possibilité d’autoriser les cyclistes arrivant à un feu rouge à franchir celui-ci après avoir cédé le passage aux piétons et aux véhicules ayant le vert. Depuis 2015, il n’y a plus de limite à la nature ou au nombre de mouvements  autorisés, alors qu’ils étaient auparavant limités au tout droit en carrefour en T et au tourne-à-droite.

Regardez ce film réalisé par le CEREMA pour mieux saisir ce qui est en jeu.

Tenez-vous informés des évolutions du code de la route – et de la rue – en consultant le site d’une voirie pour tous.

N’ayons pas peur des double-sens cyclables

Beaucoup de gens non habitués au vélo pensent que le double-sens cyclable est dangereux. Mais dangereux pour qui ?

Les retours d’expériences  depuis la mise en place des double-sens cyclables  prouvent qu’ils permettent plus de sécurité : cycliste et automobiliste peuvent se regarder en face et la vitesse moyenne des véhicules motorisés baisse.

Les automobilistes visualisent  un panneau qui indique clairement que des vélos roulent dans les deux sens, donc dans le sens de la voiture et aussi en sens inverse.

L’automobiliste réduit spontanément la vitesse quand il y a un cycliste en face.

Le double-sens cyclable crée une zone tampon entre la rue et le trottoir ce qui profite aux piétons.

Si l’automobiliste pense que c’est dangereux, le cycliste a une toute autre opinion là-dessus, car le danger (la voiture) vient d’en face, il est donc bien visible. Le vrai danger pour le cycliste est la voiture qui vient de derrière. Ce n’est donc pas le “contresens” qui est réellement dangereux, mais le “bon sens”… l’accidentologie le prouve.

Depuis le 22 décembre 2017, la ville de Sète a instauré une zone 30 dans le centre-ville.

Sans toutefois mettre en place des double-sens cyclables alors qu’ils sont prévus par la loi.

L’arrêté municipal instaurant la zone 30 est donc contraire à la loi dans la mesure où il “suspend les mesures prises habituellement permettant aux cyclistes d’emprunter toutes les chaussées à double sens“.

Une telle mesure générale n’est pas conforme, la  Ville étant tenue de motiver rue par rue ce qui justifie la dérogation qu’elle entend appliquer au principe du double-sens cyclable.

La Roue libre de Thau a adressé une demande de recours gracieux au Maire de Sète afin que la ville se mette en conformité avec la loi.

La Roue libre de Thau souhaite vivement que le dialogue puisse enfin s’ouvrir avec la ville de Sète pour construire ensemble et positivement une ville ouverte aux vélos et aux piétons.

Zone 30 et double sens cyclable

En ce mois de décembre, les chaussées de la ville de Sète fleurissent de marquages 30 km/h ou Zone 30. Un belle occasion de rappeler que le double sens cyclable est depuis janvier 2016 la règle dans les rues à sens unique limitées à 30 km/h (qu’elles soient en zone 30 ou non).

A lire l’article sur ce sujet de la revue de la FUB (Vélocité n°143 de novembre-décembre 2017). Cliquez sur l’article pour l’agrandir.

Loi LAURE et rénovation des voiries à Sète

La Ville de Sète a décidé de consacrer plus de 10 millions d’euros du budget de la ville aux travaux et aménagements sur la période 2017 – 2018. Le programme de rénovation des voiries qui concerne une quinzaine de rues (dont la rue Gabriel Péri qui vient d’être achevée) représente un montant de 2,5 millions d’euros.

Depuis 1998, la Loi sur l’Air et l’Utilisation Rationnelle de l’Énergie (dite loi LAURE) stipule qu’à l’occasion de toute rénovation de voirie des itinéraires cyclables pourvus d’aménagements spécifiques doivent être réalisés.

La Roue libre de Thau s’adresse au Maire de Sète afin que cette loi désormais intégrée dans le code de l’environnement soit appliquée pour les travaux de rénovation en cours.

Lire la lettre adressée au Maire

Le Midi Libre relaie l’enquête Baromètre cyclable

Le Midi Libre du jeudi 9 novembre consacre sa “une” à l’enquête de la FUB le Baromètre des villes cyclables et donne les  résultats intermédiaires sur le bassin de Thau.

En page 3, le Midi Libre s’interroge pour savoir si le Bassin de Thau est l’ami des cyclistes…

Le journal poursuit sur les suites de notre action Convergence Vic à vélo du 1er octobre :

Si vous ne l’avez déjà fait, dépêchez-vous de répondre à l’enquête nationale

 

Aménagements cyclables entre Vic et Mireval

Une réponse rapide du Département

La mobilisation pour la Convergence à Vic à vélo le 1er octobre dernier n’est pas restée sans lendemain ! Dès le 2 octobre en effet, le Département de l’Hérault publiait un communiqué de presse pour annoncer le traitement des discontinuités cyclables entre Vic-la-Gardiole et Villeneuve-lès-Maguelone.

Une rencontre en mairie de Frontignan

La Roue Libre de Thau a ensuite été contactée par le cabinet de Pierre Bouldoire, maire de Frontignan et premier vice-président du Conseil départemental de l’Hérault. Une rencontre des représentants de notre association et de Vélocité Montpellier s’est tenue le 19 octobre en mairie de Frontignan avec :

  • Pierre Bouldoire
  • Yves Jaumin, directeur de cabinet
  • Éric Meulin, responsable des aménagements cyclables au Conseil départemental
  • Frédéric Jauch, responsable de l’Agence technique départementale
  • Sylvain Menras, chargé d’opération (EuroVélo 8)

Sécurisation de la traversée de la RD114

Le franchissement de la route départementale 114 entre Vic-la-Gardiole et Mireval constitue le principal point noir, aussi bien pour la continuité des itinéraires cyclables longue distance que pour l’accessibilité de l’arrêt SNCF depuis Vic.

Deux solutions définitives sont depuis longtemps à l’étude pour sécuriser le carrefour 114/116.  Elles devraient être finalisées d’ici la fin de l’année 2018 avec la SNCF, en fonction du choix d’un passage sous ou sur le pont.

En attendant, un aménagement provisoire est en cours de réalisation : signalisation horizontale et verticale, bandes rugueuses, limitation de la vitesse à 70 km/h. Ces aménagements sont destinés à informer les automobilistes “qu’ils entrent sur un site partagé avec les cyclistes.”

À l’approche du pont, des bandes sonores au sol ont été réalisées, pour ralentir le flux routier.
Des damiers de peinture vertes signalent l’intersection des voies douces et des voies routières.
Deux bandes sont peintes sur chaque bord de la chaussée, représentant des pictogrammes de cyclistes.

Ces photos sont extraites de l’article de Thau Info que René Rispoli conclut par ce paragraphe : “Il faut espérer que ces aménagements provisoires, en attendant le franchissement de la route et de la voie ferrée en voie propre pour les vélos, apporteront une amélioration quant à la tranquillité et la sécurité des cyclistes, et des piétons.

La zone de rencontre

Le code de la route a évolué en faveur des piétons et des cyclistes

Depuis quelques années, le code de la route a connu de nombreuses évolutions, notamment pour améliorer la sécurité en ville et mieux protéger les plus fragiles : les piétons et les cyclistes. Pour de nombreuses personnes, ces règles n’existaient pas, ou ont évolué depuis qu’elles ont passé leur examen du code de la route.

C’est ce que nous rappelle le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (CEREMA), en produisant une série de 9 brèves pédagogiques pour porter à la connaissance du grand public les évolutions majeures. Nous vous présentons ici la zone de rencontre et deux exemples à Frontignan et Sète.

La zone de rencontre

La zone de rencontre est un espace de circulation ouvert, partagé par tous les usagers. Les piétons y sont prioritaires et peuvent circuler librement partout, y compris sur la chaussée. La vitesse des véhicules est limitée à 20 km/h.

Pour les cyclistes, les rues sont en principe à double sens, mais cela doit être confirmé par la signalisation adaptée.

Bien qu’entrée dans le code de la route en 2008, la zone de rencontre est encore mal connue et des panneaux explicatifs détaillés sont parfois présents. Ils permettent de rappeler ces principes fondamentaux : la priorité des piétons, la possibilité de circuler dans les deux sens pour les cyclistes et la nécessité pour les automobilistes de laisser la priorité à ces deux catégories d’usagers.

Centre ancien de Frontignan

Afin de maintenir une desserte automobile tout en privilégiant la déambulation des piétons, touristes ou locaux, tout le centre ancien de la ville de Frontignan est aménagé en zone de rencontre.

Tout le centre ancien de Frontignan est une zone de rencontre, où les piétons sont prioritaires (en jaune sur le plan).

Chacun des accès à la zone de rencontre est signalé par le panneau B52 et le marquage au sol correspondant. Ils représentent trois pictogrammes : un piéton, un cycliste et un véhicule représentant la cohabitation des différents modes de déplacement, ainsi qu’un panneau de limitation de la vitesse à 20 km/h.

L’entrée dans la zone de rencontre est signalée par le panneau et le marquage au sol adaptés.

Devant les Halles de Sète

Les Halles de Sète sont un lieu où la concentration de commerces génère une forte présence piétonne. Un panneau de zone de rencontre est installé rue Gambetta, avant la rue Frédéric Mistral.

Requalification de la promenade Marty

Un autre projet phare

Le numéro 149 du magazine Sète.fr (octobre 2017) confirme qu’en plus du réaménagement de la Corniche de Neuburg, la requalification de la Promenade Jean-Baptiste Marty figure également parmi les priorités de la ville de Sète.

Ce projet vise à assurer une continuité urbaine entre la Promenade du Maréchal Leclerc et le cœur de ville, et passera par une mise en valeur de la promenade J.-B. Marty et du Quai de la Consigne.

Rappelons que la circulation s’effectue actuellement à sens unique, y compris pour les cyclistes, sur ces deux voies : sur le Quai de la Consigne de la Corniche vers le centre-ville, et sur la promenade J.-B. Marty située au niveau supérieur dans le sens inverse.

Carte du Quai de la Consigne

Ces deux axes (en rouge sur la carte ci-dessus) sont situés sur l’un des itinéraires cyclables jalonnés de la ville de Sète (en bleu sur la carte).

Quai de la Consigne

Le Quai de la Consigne bénéficie d’un aménagement  cyclable qui a précédemment été décrit et analysé. Le problème principal de cette voie tient à l’absence de trottoir d’un côté de la voie, et à la présence régulière d’obstacles de l’autre côté. En conséquence, les piétons occupent souvent la bande cyclable, et les cyclistes doivent se déporter dans la circulation générale.

Le Quai de la Consigne à Sète

Par ailleurs, le Quai de la Consigne est situé dans le prolongement intuitif de la piste cyclable du Quai du Général Durand pour les cyclistes allant du centre-ville vers la Corniche. L’itinéraire jalonné qui emprunte la Rue des Marins (très pentue) et traverse la Grand’rue Mario Roustan (très fréquentée) pour rejoindre la Promenade J.-B. Marty est souvent délaissé, et de nombreux cyclistes se retrouvent, parfois involontairement, sur le Quai de la Consigne.

Promenade J.-B. Marty

La Promenade Marty fait partie de ces rues de Sète dont l’étroitesse provoque un sentiment d’inconfort, voire d’insécurité, des cyclistes. Dans une rue étroite, si la largeur n’est pas suffisante pour doubler un cycliste en respectant la distance latérale de sécurité de 1 mètre, l’automobiliste doit normalement s’abstenir de le dépasser.

En pratique,  certains automobilistes ignorent ou contreviennent délibérément au respect de cette distance de sécurité et tentent des dépassements dangereux. D’autres usent de leur klaxon ou de leur pédale d’accélérateur pour effrayer les cyclistes et les inciter à serrer à droite les voitures en stationnement au risque de ne pouvoir éviter une portière qui s’ouvre ou un véhicule qui recule…

La Promenade JB Marty à Sète

Quels aménagements pour les cyclistes ?

La ville de Sète vient de lancer une étude pour ce projet d’aménagement. Pour faciliter la circulation des cyclistes et améliorer leur sécurité, plusieurs solutions peuvent être envisagées, comme le prévoit la loi LAURE :

  • piste cyclable
  • marquage au sol
  • couloir indépendant

Dans une rue très étroite, le concept de vélorue est intéressant : il consiste à mettre les cyclistes au centre de la chaussée (via un marquage au sol), à les rendre prioritaires et à interdire leur dépassement par les véhicules motorisés. Il pourrait s’appliquer à la Promenade Marty.

La mise en place d’un double-sens cyclable sur le Quai de la Consigne (comme figuré en pointillé vert sur la carte située au début de l’article) permettrait d’améliorer la continuité (ligne droite), la lisibilité (le long des quais) et l’accessibilité (pas de forte pente) de l’itinéraire jalonné dans le sens du centre-ville vers la Corniche.

La Roue Libre de Thau se tient à la disposition des aménageurs et de la ville de Sète pour apporter les avis et les recommandations des usagers du vélo au quotidien. L’association souhaite en effet que cet ambitieux projet de requalification débouche sur un itinéraire cyclable de qualité utilisable aussi bien par les cyclistes de tous les jours que par les cyclotouristes qui traversent et visitent la ville !