Vélocité Grand Montpellier à 20 ans ! conférence de Frédéric Héran le vendredi 21 septembre

 A l’occasion de ses 20 ans, l’association Vélocité Grand Montpellier, organise une  Conférence-débat sur le thème : 

“Le retour du vélo à Montpellier”

Vendredi 21 septembre 2018 à 19 h Espace Jacques 1er d’Aragon
117 avenue des États généraux
Quartier Richter – Montpellier

Les indices d’un essor de la pratique du vélo se multiplient à Montpellier, au moins dans le centre.  Venez en débattre avec tous ceux qui observent chaque jour ce phénomène et en particulier :

–  Luc Nourigat, président de Vélocité Grand Montpellier, l’association de cyclistes urbains
Chiara Schaller, coordinatrice au Vieux Biclou, l’atelier d’auto-réparation des vélos
Jérôme Cassagnes, chargé d’études – mobilités actives au CEREMA Méditerranée

Et la présence exceptionnelle de Frédéric Héran, économiste des transports et urbaniste,
auteur du livre à succès « Le Retour de la bicyclette. Une histoire des déplacements urbains en Europe, de 1817 à 2050 » (Éditions La Découverte, Poche, 2015
qui animera la conférence et mettra en perspective historique ce que nous vivons à Montpellier.

Ne manquez pas cet événement ! Réservez votre soirée ! Parlez en à vos amis et connaissances ! Faites circuler !

Un pot clôturera la soirée.

 

 

Plus de parkings… plus de voitures

La Ville de Sète annonce la création d’un parking souterrain de 300 places sur la place Stalingrad (face au Théâtre Molière). L’objectif est de “développer l’offre de stationnement et ainsi de rendre la ville plus fluide pour les Sétois” et “d’améliorer le quotidien des Sétois“. (Sète.fr n°157 de juillet-août 2018).

Ce choix du “tout parking”  montre que les élus ont une vision de la ville datant du siècle dernier…  et n’ont manifestement  pas compris les enjeux de la mobilité urbaine et de la vie en ville.

Améliorer le quotidien des habitants et rendre les déplacements plus fluides passe avant tout par la réduction de la place des véhicules motorisés et par le développement des modes actifs, marche et vélo.

Comme le souligne avec justesse Thau Info (lire l’article), ” un peu partout, la tendance est à la réduction de la place de la voiture pour favoriser la marche à pied, le vélo ou les transports en commun.  Pour l’architecte danois Jan Gehl, très écouté des urbanistes, le modèle en terme d’aménagement est Venise, la ville avec ses canaux, ses petits ponts, ses places et ses innombrables ruelles où le piéton est roi.  Pour Jan Gehl, la ville doit être conçue pour encourager le vélo et plus encore la marche, le mode de déplacement naturel de l’homme. Copenhague, sa ville natale, fut ainsi la première ville d’Europe à réduire la circulation automobile et le nombre des places de stationnement en centre-ville. En 40 ans, malgré un climat rigoureux, le vélo s’est imposé comme moyen de transport et la superficie allouée aux piétons a été multipliée par 7. Résultat : 84 % des habitants n’utilisent plus la voiture pour se rendre au travail et l’activité économique du centre-ville s’est accrue avec l’augmentation de la fréquentation piétonnière.”Allant à l’encontre de ces évidences, la Ville de Sète se félicite de dépenser massivement dans la rénovation des parkings des  Halles et du Canal et persiste en visant à développer à tout prix l’offre de stationnement en centre-ville.

A quand un plan pour le développement des modes actifs à Sète : plan marche (rénovation et agrandissement des trottoirs, signalétique piétonne…) et aménagements pour les vélos (bandes cyclables, sas vélo, double-sens-cyclables, parkings à vélos collectifs et sécurisés…) ?

Festival de Thau : Convergence cycliste de Sète à Mèze vendredi 20 juillet 2018

A l’occasion du Festival de Thau, la Roue libre de Thau organise une convergence cycliste de Sète à Mèze le vendredi 20 juillet 2018.

Balade festive et conviviale ouverte à toutes et à tous !

La distance de Sète à Mèze est de 19 kilomètres soit 1 heure 30 de vélo à un rythme paisible (moyenne de 12 km/h) majoritairement sur des voies protégées.

Départ de Sète à 17 heures place Aristide Briand (kiosque). Plusieurs points de ralliement sont proposés (voir ICI) le long du parcours afin que les cyclistes des autres communes du bassin de Thau puissent rejoindre la convergence.

Inscrivez-vous à la convergence ! 

En cliquant sur ce lien : https://www.larouelibredethau.org/nous-contacter/

en adressant un mail à contact@larouelibredethau.org ou un SMS au 06 12 12 42 23

Cela vous permettra, si vous êtes inscrits, de bénéficier de 3 euros de réduction sur le spectacle du soir et  de revenir en navette maritime de Mèze à Sète à la fin des spectacles.

ou

 

Participez à la consultation publique du Plan vélo départemental

Le département de l’Hérault redéfinit sa politique cyclable. Historiquement très engagé en faveur du vélo, le département souhaite poursuivre son engagement en faveur de l’environnement, l’engagement social, le sport pour tous et le développement économique et touristique responsable. 
Le Département de l’Hérault lance une consultation pour l’élaboration de son Plan Vélo : “donnez votre avis sur la petite reine de l’Hérault” en cliquant sur ce lien : http://www.herault.fr/2018/04/10/petite-reine-de-l-herault-23729

Le plan vélo fixera les orientations et les ambitions de la nouvelle politique cyclable du département.

Profitez ce cette consultation pour demander une instance de concertation participative (de type comité de suivi) avec les associations cyclistes du département.

 

Que pensent les cyclistes sétois des déplacements à vélo dans Sète ?

Le baromètre des villes cyclables comportait deux questions ouvertes portant sur les points noirs à vélo et sur la cyclabilité de la ville.

A Sète, ce sont 270 personnes qui ont répondu à ces deux questions.

Leur avis est particulièrement intéressant car il décrit au quotidien la situation faite au vélo dans les rues de la ville de Sète.

Les points noirs : sans surprise c’est le centre-ville qui recueille l’écrasante majorité des avis négatifs considérant qu’y faire du vélo est souvent dangereux. Beaucoup signalent le passage sous le Théâtre de la Mer qui mélange piéton et cyclistes comme inadapté et dangereux. 

D’une manière générale, les grands axes, particulièrement Bd de Verdun et Camille Blanc, mais également l’avenue du Maréchal Juin sont jugés hostiles aux vélos.

Entrer et sortir de Sète à vélo constitue un problème, sont cités la route de Montpellier, la difficulté pour rejoindre Frontignan, l’entrée Est de Sète, mais c’est surtout l’accès à Balaruc qui focalise les reproches.

Les répondants évoquent également l’absence d’aménagement favorable aux vélos : absence de double-sens cyclable, absence de signalétique, modicité des parkings vélo, etc. 

Voir une synthèse des points noirs.

Sur la seconde question ouverte, les répondants estime qu’il reste encore beaucoup à faire pour améliorer le climat vélo dans la ville. Ils observent que Sète est une ville faite pour le vélo, toutefois ils regrettent que la cyclabilité y soit si médiocre.  Ils constatent que le vélo loisir est relativement bien traité, mais le vélo déplacement reste inexistant. Enfin, ils expriment de nombreuses attentes envers les pouvoirs publics et font des propositions pur améliorer la vie des cyclistes sétois. 

Voir les commentaires sur le vélo dans Sète

Des avis et constats qui rejoignent souvent ceux de la Roue libre de Thau et qui devraient donner des arguments à celles et ceux qui souhaitent le développement des modes actifs en ville !

Les résultats du baromètre des villes cyclables sur le bassin de Thau

Sur les 14 communes du bassin de Thau (Sète Agglopôle Méditerranée), quatre ont eu un taux de réponse suffisant pour figurer au baromètre des villes cyclables :

  • Sète et Frontignan dans la catégorie des villes de 20 000 à 50 000 habitants
  • Mèze et Marseillan dans celles des moins de 20 000 habitants.

553 personnes ont répondu au questionnaire du baromètre : 270 à Sète, 127 à Frontignan, 83 à Marseillan et 73 à Mèze.

Les répondants sont majoritairement des cyclistes du quotidien utilisant leur vélo tous les jours ou de 1 à 3 fois par semaine pour des motifs de balades ou de sport, mais également utilitaires (travail, accompagnement, achats, visites, …)

Les répondants sont plus jeunes à Frontignan qu’à Sète, Mèze ou Marseillan, villes où les plus de 55 ans sont majoritaires.

Leur avis est représentatif des habitants du bassin de Thau qui utilisent leur bicyclette comme moyen de déplacement au quotidien. Sans surprise, leur ressenti rejoint les constats faits par la Roue libre de Thau, il exprime une « expertise d’usage » précieuse dont les décideurs peuvent se saisir pour améliorer les modes actifs.

Les principaux points forts ressentis par les cyclistes :

  • la facilité à trouver un magasin de réparation (Frontignan)
  • l’entretien des pistes cyclables (Frontignan et Mèze)
  • se déplacer à vélo en ville est agréable (Marseillan)
  • le confort des itinéraires cyclables (Mèze)
  • la rareté des conflits entre cyclistes et piétons (Mèze, Marseillan)
  • la possibilité de circuler en sécurité dans les rues résidentielles (Mèze, Marseillan)
  • les efforts de la ville en faveur du vélo (Marseillan)

A noter qu’aucun point fort (calculé par l’écart positif à la moyenne des villes de même taille) ne ressort pour la ville de Sète.

Les principaux points faibles ressentis par les cyclistes :

L’absence de sécurité de la circulation à vélo

  • le danger de la circulation à vélo pour les enfants et les personnes âgées (Sète, Frontignan)
  • l’absence de sécurité sur les grands axes (Sète, Frontignan)
  • la difficulté à traverser les carrefours et les ronds points (Frontignan, Sète)
  • le volume et la vitesse du trafic motorisé (Frontignan)
  • le sentiment général d’absence de sécurité à vélo (Frontignan)

L’absence de continuité des aménagements

  • l’absence de double-sens cyclables dans les rues à sens unique (Sète, Mèze et Marseillan à l’exception de Frontignan qui a mis en place des double-sens cyclables)
  • l’absence de continuité des itinéraires cyclables (Sète)
  • l’absence de solution alternative sûre pour les vélos en cas de travaux (Sète)

Les difficultés rencontrées par les cyclistes

  • difficulté de stationnement en gare (Frontignan, Mèze, Marseillan)
  • la fréquence des vols de vélos (Mèze)
  • l’absence de possibilité de location de vélo (Frontignan)
  • l’absence de magasin ou atelier de réparation (Marseillan)

Les questions sur le rôle de la ville en faveur du vélo est surtout pointées pour la Ville de Sète où les répondants notent :

  • l’absence d’écoute de la mairie vis-à-vis des besoins des usagers du vélo (Sète)
  • la faiblesse de la communication en faveur des déplacements à vélo (Sète)

Les attentes des cyclistes :

Sans surprise, les usagers du vélo demandent avant tout :

  • un réseau cyclable complet et sans coupure (88 % pour Sète et Frontignan ; 81 % pour Marseillan et Mèze)
  • Des itinéraires directs et rapides (plus de 50 %)
  • des stationnements sécurisés et adaptés pour les vélos (30 à 40 %)
  • la demande de limitation du trafic motorisé en ville est surtout forte (34 %) à Sète tout comme la demande de modérer la vitesse des véhicules motorisés en ville (25 %)
  • la demande d’entretien des pistes cyclables est surtout forte à Mèze (36 % contre 27 % dans les autres villes)
  • faciliter le transport des vélos dans les transports en commun (15 % à Frontignan, 14 % Marseillan, 11 % Sète et 4 % Mèze qui n’a pas de gare)
  • plus de communication autour du vélo (33 % Mèze, 22 % Sète, 18 % Frontignan et 14 % Marseillan)
  • plus de vélo en libre service recueille 10 % des demandes

Les résultats détaillés par ville :

Ville de Sète

Ville de Frontignan

Ville de Marseillan

Ville de Mèze

La comparaison de la Ville de Sète avec une ville de taille et de caractéristiques comparables comme l’est la ville d’Albi est instructive : voir la comparaison Albi – Sète

Un grand merci à toutes celles et à tous ceux qui ont répondu au baromètre ; leur expression confirme que la situation est contrastée entre les communes de l’agglomération en raison de leur différence de taille mais également des politiques en faveur des modes actifs mises en oeuvre par les équipes municipales.

Le prochain baromètre aura lieu en 2019 (en septembre – octobre) et permettra de vérifier si des avancées ont été réalisées.

Des bonnes nouvelles…

Une station de gonflage des vélos est installée à Balaruc à la hauteur du centre commercial. Une initiative utile et pratique pour les cyclistes qui veulent rouler bien gonflés ! (cliquez sur la photo pour l’agrandir)

Lors des ateliers de concertation pour la définition du Plan de déplacement urbain (PDU) de l’agglomération (les 13 et 14 mars) l’annonce de la réalisation d’une voie verte sur la RD 2 (qui relie Sète à Balaruc) sur l’emplacement de l’ancienne voie ferrée à été confirmée : début des travaux prévu en 2019. De même, la mise en place d’un Transport en Commun en Site Propre (TCSP) partiel est prévue sur cette même voie qui a vocation à devenir un “boulevard urbain”…

Le cédez le passage cycliste au feu

Les responsable de la voirie ont la possibilité d’autoriser les cyclistes arrivant à un feu rouge à franchir celui-ci après avoir cédé le passage aux piétons et aux véhicules ayant le vert. Depuis 2015, il n’y a plus de limite à la nature ou au nombre de mouvements  autorisés, alors qu’ils étaient auparavant limités au tout droit en carrefour en T et au tourne-à-droite.

Regardez ce film réalisé par le CEREMA pour mieux saisir ce qui est en jeu.

Tenez-vous informés des évolutions du code de la route – et de la rue – en consultant le site d’une voirie pour tous.

Une assemblée générale 2018 fructueuse

Vingt-trois participants pour la quatrième assemblée générale  de la Roue libre de Thau ce samedi 3 février à la maison de la vie associative de Sète. Voir le compte-rendu de l’assemblée générale.

Une occasion de revenir sur l’année 2017 riche en événements et avancées : la Convergence Vic à vélo suivie d’aménagements provisoires pour sécuriser le passage entre Mireval et Vic-la-Gardiole, la zone 30 dans le coeur de ville de Sète, la pose d’arceaux vélos, etc.

Pour l’année 2018, la Roue libre de Thau entend poursuivre ses activités du premier week-end de chaque mois avec :

  • le premier samedi du mois une vélorution festive dans les rues de Sète (de 11h à 12 h) avec désormais un parcours identique (voir la carte) et une animation sonore ;
  • suivie d’un atelier d’auto-réparation de vélos (de 12 h à 13 h) désormais bien équipé en outils. Notez-le afin d’amener vos vélos à réparer ou à entretenir (place Aristide Briand au kiosque).
  • Toujours le premier samedi du mois, la réunion mensuelle de 15 h à 17 h est ouverte à l’ensemble des adhérents et sympathisants (à la maison de la vie associative de Sète 11 rue du Moulin à Vent).
  • Le lendemain, premier dimanche du mois, la balade mensuelle nous permet de découvrir des nouveaux  espaces et d’aller la  rencontre d’autres associations du territoire.

Le développement de l’association au-delà des villes de Sète et de Frontignan d’où viennent la plupart des adhérents actuels constitue un enjeu de l’année 2018.  La création de groupes locaux de la Roue libre de Thau dans les autres villes de l’agglomération ( les deux Balaruc,  Bouzigues, Gigan, Loupian, Marseillan, Montbazin, Mèze, Mireval, Poussan, Villeveyrac,  Vic) permettrait à l’association d’avoir une meilleure représentativité et plus de poids vis-à-vis de l’agglomération (Sète Agglopôle Méditerranée).

Le mode de gouvernance collégiale de l’association a été confirmé lors de l’AG qui a décidé que les animateurs référents des activités de la Roue libre de Thau animeraient l’association.

Les principales activités sont :

  • les aménagements cyclables,
  • l’animation de l’atelier d’auto-réparation
  • les vélorutions,
  • l’organisation des balades
  • la gestion de la trésorerie et des adhésions,
  • le suivi des outils informatiques
  • le secrétariat et la communication
  • le développement sur les autres communes du bassin de Thau

Pour chacune de ces activités, un ou plusieurs animateurs référents se sont proposés. Ils sont chargés d’animer et de coordonner les bénévoles qui s’investissent dans ces activités.

N’oubliez pas de renouveler votre adhésion pour l’année 2018.

Le montant de l’adhésion de base reste de 5 euros.

  • vous pouvez adhérer en ligne ICI
  • vous pouvez également adhérer en remettant un chèque ou des espèces à l’occasion de nos vélorutions,  atelier d’auto-réparation ou balades.
  • vous pouvez également adhérer en adressant un chèque (uniquement) à La Roue libre de Thau, chez Véronique BOURRAT, 29  rue Honoré Euzet  – 34200 Sète accompagné de votre bulletin d’adhésion

Association pour le développement du vélo autour du bassin de Thau